Skip links

La panthère rose, des perspectives impossibles et une danse féérique

Voici une toute nouvelle semaine qui débute : une page vierge où vos possibilités sont sans limite !
Aujourd’hui, dans les courts métrages du lundi, on va parler de créativité et d’intelligence. Comme le disait Einstein, « la créativité c’est l’intelligence qui s’amuse », c’est le moment de voir comment l’animation s’approprie cette citation 🙂

Les artistes que nous allons voir ont tous créé quelque chose d’unique : en combinant des techniques, en utilisant les mathématiques ou en explorant le surréalisme.
En tout cas, que l’on décrypte leur processus créatif ou non, encore une fois, on en prend plein les yeux !

Le générique qui est devenu un dessin animé

Parfois les plus grands succès ne sont qu’une somme d’opportunités et de timing !
Après vous avoir parlé de Saul Bass, il est temps pour nous d’aborder l’extraordinaire Fritz Freleng !
Né en 1906, il fait parti des pionniers de l’animation. Il travaillera avec les plus grands virtuoses de l’animation dans les années 20, de Disney à Warner Bros et inspirera notamment Tex Avery.

Petit revers de carrière, dans les années 60, Freleng a vu le département animation de la Warner fermer. Au chômage technique, on lui propose alors de créer le générique d’un film policier en noir et blanc : The Pink Panther, la Panthère Rose, sorti en 1963.
Pour les deux minutes de générique de ce film, décide de créer un personnage éphémère : une panthère toute rose.

Et là, c’est l’énorme succès auprès du public ! Le générique a autant de fans que le film. On propose donc à Fritz d’en faire le dessin animé que l’on connaît aujourd’hui.
Jolie histoire, non ? 🙂

Voici donc la toute première apparition de la panthère rose telle qu’on la connaît !

Vous en voulez plus ?
Alors en bonus (et en meilleure qualité), voici le générique d’inspecteur Clouseau, le rival français de la panthère rose.
Je vous invite à voir avec quelle intelligence les titres sont mis en scène 🙂

Les constructions impossibles… en animation.

Ce court métrage est un hommage aux constructions impossibles de Maurits Cornelis Escher, un artiste qui aimait jouer avec les mathématiques.

L'architecture impossible de Escher
L’architecture impossible de Escher

L'architecture impossible de Escher
L’architecture impossible de Escher

 

Ici, le scénario tire pleinement parti de ce que l’on a appelé les constructions impossibles et je vous invite à vous concentrer sur la chute du court métrage, très intelligente ! Découvrez Penrose par Kris Stanton, sorti en 2018.

Danse surréaliste

Définition très succincte : le surréalisme est un courant artistique qui ignore les limites de la raison.
Il aborde les thèmes de l’imaginaire et du rêve et envoie souvent balader les lois de la physique.

Ici, en mariant l’art de l’animation avec celui de la danse, le réalisateur et animateur Dario Imbrogno invite le merveilleux dans notre réalité.
Mais stop aux commentaires, place aux images.

Alors, épaté·e·s par tant de créativité ?

Et puisque nous avons commencé par une citation, je vous propose de terminer de la même manière !
« Ne perdez pas trop de temps à avoir envie de, à essayer de faire… faites-le ! » Jacques Salomé.

Très belle semaine à vous !

pictogramme illustration fabrique

Poster un commentaire